Uma Musume: Pretty Derby (Saison 2) - Mon corps a ses raisons que ma raison ignore

  ·  Yamakyu ·  ALERTE GROS PAVÉ, anime, Sama, Uma Musume, Pretty Derby, UMPD, Gacha, Waifu, frisson, hype ·  0 commentaires

[Juste avant de me lancer dans des élucubrations bordéliques qui illustreront ma difficulté à écrire ce post, je me permet de vous avertir de sa totale non-pertinence ; vous ne sortirez pas grandi ou plus cultivé ou plus quoi que ce soit de cet article. Vous n'en tirerez rien. C'est un post finalement assez perso (il est peut-être/probablement relatable cela dit) où je vais parler de moi first and foremost. Au mieux vous trouverez ça divertissant, au pire ce sera cringe :> Advienne que pourra. Honnêtement ça m'importe peu, tant que je peux sortir toutes ces pensées et réflexions de ma tête.

Par contre j'envisage très fortement de faire un post plus classique -typé "impressions"- sur Uma Musume: Pretty Derby dans les jours à venir (il est déjà presque entièrement écrit). Donc si vous vous attendiez à trouver une review ou quelque chose qui y ressemble, je regrette de vous annoncer que vous êtes légèrement en avance sadly. Vous pourriez par exemple aller voir chez Amo p't'être plutôt ; j'ai pas encore lu son post sur la saison 2, mais ses impressions sur la S1 avaient été mon point d'entrée vers Uma Musume.]




Maintenant que c'est dit....

J'hésitais à sous-titrer ce post avec "Caisse de résonance", qui aurait fait un sous-titre parfait.... si ce n'est que c'est pas du tout parlant. On va revenir sur cette notion de caisse de résonance néanmoins car ce que je vais essayer de vous décrire pendant ces X millions de mots c'est exactement ce feel. En fait pour être honnête je sais résolument pas comment le dire en deux mots sans que ça fasse genre *super bizarre*, donc, euh, ça va être bizarre, voilà... : pour des raisons que je ne saisis pas pleinement, l'anime Uma-Musume: Pretty Derby me fait *grave* de l'effet.
Désolé c'est vraiment weird à dire, mais je vous promet que c'est pas exactement ce que vous croyez. Restez avec moi, j'vais faire en sorte que ce soit intéressant.


Vieux trailer, j'ai jamais entendu parler d'une bonne partie de ces persos ha ha.


Pour dire les choses autrement, c'est pas simplement que j'aime les développements qui sont proposés dans l'anime, ou que l'évolution des personnages me rend enthousiaste, ou que je m'accroche au récit, ou que je suis réceptif aux nombreuses autres qualités de la série (spoiler : ces 4 points sont valides) ; ça va au delà de ça. Genre. Je suis -dans le sens le plus littéral possible- complètement secoué par cet anime. Tout bêtement, Uma Musume me donne massivement des frissons. Et par "massivement" je parle de quantités, intensités, fréquences et durées clairement inhabituelles. Il s'agit pas seulement de mon appréciation de l'anime pour ses qualités, c'est vraiment mon corps qui réagis continuellement à Uma Musume, et amplifie ce que l'anime propose, comme si j'étais une caisse de résonance. Et je ne comprends pas pleinement ça. C'est un peu, euh, je vois Uma-Musume, et l'entièreté de mon être physique est là en mode "YEEEEEESS THAT'S THE GOOD STUFF". Heck, la plupart du temps juste revoir des screenshots de l'anime ça va me donner des frissons, et parfois même juste y penser !

En vrai c'est très agréable hein, c'est un mood complètement fou, je vous souhaite de vivre ça un jour.
Mais c'est aussi super weird d'avoir une réaction physique si marquée et si systématique d'une part, et d'autre part qu'elle soit provoquée spécifiquement -of all things- par Uma Musume. Parce que -j'y reviendrais- pratiquement rien ne me prédisposait à ne pas être tout simplement indifférent à cette série. Mais voilà. La finalité c'est que au delà des nombreuses raisons que j'ai d'apprécier l'anime, il y a que bah Uma-Musume a un contrôle total sur toutes les vannes qui régulent mon circuit de la dopamine/serotonine/adrénaline/endorphine/whatever molécule lié à la hype/récompense, et autres acteurs biologiques responsables de ces incroyables frissons qui ont intensément rythmé mes visionnages des deux saisons d'Uma Musume: Pretty Derby !

Daitaku Helio qui résume casuellement en 2 lignes de dialogue l'intégralité de ce post.


Si j'ai bien saisi, Uma Musume: Pretty Derby  est à la base un jeu japonais sur mobile de type gacha (donc avec des chances aléatoires d'obtenir différents personnage dans un vaste casting) ; on y entraine des filles-juments, pour les faire courir lors de courses hippiques épiques en hippodrome, et dont les 3 gagnantes célèbrent leur victoire lors d'un concert d'idol enflammé.

:D

Je vous accorde que c'est un peu inattendu comme pitch... et honnêtement si c'était pas que j'y avais été "préparé" par des trucs comme Kancolle/Azur Lane et leurs filles-bateaux qui font la guerre et du roller sur l'eau, ou Touken Renbu et leurs mecs-sabres qui font des trucs de mecs-sabres, j'en serai sans doute pas resté à un simple (très large) haussement de sourcil en voyant mon Twitter feed parler d'Uma Musume y'a 3 ans, pendant la diffusion de la première saison. Finalement est-ce que c'est pas quand ce genre de synopsis te laisse indifférent que tu sais que tu joues trop à des jeux vidéo japonais, ou que tu mates trop d'anime ? Toujours est-il que derrière ce postulat, qui semble escalader vers de nouveaux horizons à chaque virgule, se cache en fait un jeu mobile dont les revenus escALADENT VISIBLEMENT VERS DE NOUVEAUX HORIZONS -si je me fie à ceci- depuis la diffusion de la saison 2 de l'anime (dont on va parler aujourd'hui). Je crois comprendre que le jeu vient tout juste de sortir actually (genre, cet hiver pendant la saison 2 de l'anime or something like this ?), bat des records depuis, et continue d'imprimer de l'argent à l'heure aujourd'hui encore (Uma Musume S2 c'était hiver 2021 donc c'est encore tout frais). Heck, les ventes de BluRay de l'anime suggèrent également *un certain succès* à priori so far. Après j'ai cru comprendre que les courses hippiques au Japon c'était plutôt un big deal, du coup je peux imaginer que mélanger ceci + waifu collector + idols + gacha soit une formule qui ait un peu de sauce. Mais autant ? Je sais pas trop. En tout cas le visionnage de la S2 m'a grave donné envie d'essayer le jeu un peu.


La course commence à 1m10


Sadly j'arrive pas à imaginer qu'il puisse être un jour localisé hors de l'Asie (j'adorerai avoir tord), donc on se contentera sans doute de regarder de loin en se disant que ça restera sans doute une exclu japonaise. Et c'est sans doute pas plus mal en ce qui me concerne, car je suis pas certain d'avoir besoin d'une obsession supplémentaire.

Du coup à défaut de pouvoir jouer au jeu, j'ai pleinement apprécié les deux saisons de l'anime (plusieurs fois). Et comme je disais en début de post, je pèse mes mots en disant "pleinement", car je me suis pas contenté d'apprécier l'anime pour son propos, sa DA, ses persos, ses développements, son écriture, etc... bref, pas seulement pour sa qualité d'anime, mais aussi parce que somehow toutes les cellules de mon corps ont décidé qu'elles existent pour Uma Musume, et ont physiquement intensifié l'expérience de matage de la série, qui a donc provoqué chez moi une quantité jamais vue de frissons. Et c'est principalement de ça que j'ai envie de parler aujourd'hui.

Dernier rappel que ceci n'est pas une review ou une critique (c'est prévu pour dans quelques jours ~).Ca va être très "je", tout le temps, parce que là j'essaie de décortiquer un feel ; j'ai besoin de sortir ceci de mon esprit car depuis que j'ai maté la saison 2 de Uma Musume ça bourdonne dans ma tête mdr. Ce ne sera pas méga spoilant, car je vais finalement assez peu développer des éléments de l'anime. MAIS j'ai mis des extraits de temps plus ou moins forts de la S2.

Still, à partir de là je considère que vous avez maté la saison 2 de Uma Musume: Pretty Derby, ou que vous ne voyez pas d'inconvénients à être spoil même légèrement (ce serai vraiment dommage, c'est un très bon cru). Maintenant, cette saison 2 est au pire assez solide, et au mieux très bonne, du coup je dirais que c'est une vraie strat de mater la chose sur Crunchyroll, et revenir plus tard si vous voulez lire ce post !

Malheureusement la saison 1 est maintenant absente du catalogue de Crunchuroll, mais je dirais que la saison 2 se suffit amplement en elle même, et prends le temps d'introduire tout ce qui nécessite de l'être (c'est à dire vraiment pas grand chose). Évidemment, avoir vu la S1 vous permettra d'apprécier la S2 à son plein potentiel, mais je pense sincèrement que la perte induite par le fait de ne pas la mater est assez moindre : surtout des running gags, et le pourquoi du comment des relations de quelques personnages (mostly secondaires). La S2 me parait vraiment être un full package complètement autonome.
Mes deux centimes.

Anyways, ce post sera assez différent de ce que je fais "habituellement". Ça a été assez difficile à écrire, et j'imagine que ce sera pas la lecture la plus smooth qui soit, mais j'espère que ce sera divertissant malgré tout ! Parce que, bon, fichtre, je m'expose là quand même mdr.
Comme je disais, un post plus typé "impressions " (qui sera très spoilant) arrive dans quelques jours ! Car si vous pensiez que j'allais mettre du Uma Musume sur BSOL sans vous parler de Rice Shower et Nice Nature, *vous avez tord* :9

Quand je galère à écrire ce post et que j'ai besoin de me re-motiver un coup è_é

Lire la suite